revenir à l'Accueil
L'actualitéRénovation énergétique

Mauvaise note DPE après rénovation

Partager cet article sur
Partager sur

Des propriétaires font des travaux de rénovation pour améliorer le DPE, mais obtiennent une note E ou F après travaux. Une députée a récemment soulevé ce problème qu’elle attribue au manque de fiabilité du DPE. Il y a pourtant beaucoup d’autres explications. Il nous semble utile d’en énumérer quelques-unes pour informer et avertir les propriétaires de logements énergivores.

Travaux d’isolation et mauvais DPE

Dans sa question n°14688 du 30 janvier 2024, la députée de la 5e circonscription du Doubs, Annie Genevard, s’adresse au ministre de la Transition écologique. Elle explique qu’en raison du renforcement du DPE – affichage de l’étiquette énergie dans les annonces, pleine opposabilité, future interdiction de location des passoires thermiques – des propriétaires ont fait des travaux.

« Or beaucoup d’entre eux, après avoir isolé et rénové leur logement énergivore, obtiennent de manière incompréhensible des étiquettes E ou F ». S’ensuit le couplet habituel sur les associations de consommateurs, la fiabilité des diagnostics, etc. M. Christophe Béchu n’a pas encore répondu, mais à la lecture de cette question aux airs d’affirmation, des éléments de réponse s’imposent à nous.

Instabilité du mode de calcul DPE dans le temps

En l’absence d’informations contextuelles, nous pouvons émettre plusieurs hypothèses. D’abord, partons du principe que le propriétaire possédait un DPE. Son bien étant classé E, F ou G, il décide de le rénover. De quand datait le DPE avant travaux ? En effet, la première des erreurs serait de comparer l’étiquette DPE après rénovation à une étiquette antérieure au 1er juillet 2021. Avec les évolutions de la méthode de calcul, cela n’aurait aucun sens.

Depuis le 1er janvier 2024, avec MaPrimeRénov’, un DPE (ou un audit) en cours de validité précède la rénovation. En cas de rénovation d’ampleur, la classe énergétique est réévaluée après travaux. Est-ce que ça va régler le problème ? Non. D’une part, des DPE antérieurs à juillet 2021 sont encore acceptés pour MaPrimeRénov’. D’autre part, le DPE continuer d’évoluer.

Conséquences de la simplification des DPE

Christophe Béchu annoncera une modification du DPE des petites surfaces. Nous en saurons plus la semaine prochaine même si, a priori, l’entrée en vigueur du DPE modifié sera plus tardive. Que fera-t-on des DPE réalisés avant ce changement ? Vont-ils être réédités en payant, avec retard ou pas du tout, une somme dérisoire aux diagnostiqueur ? Le ministre a éludé ce sujet.

Enfin, plusieurs méthodes d’audit énergétiques cohabitent encore avant l’harmonisation complète des audits incitatifs et obligatoires. De plus, les audits au format réglementaire se basent sur des DPE antérieurs à la révision annoncée. Bref, tout cela crée des différences entre les diagnostics et entraîne une certaine insécurité juridique.

Résultat d’une rénovation sans DPE ni audit

Ensuite, faisons une deuxième hypothèse. Le propriétaire avait conscience du caractère énergivore de son bien sans avoir de DPE, ni d’audit énergétique. Il s’est basé, par exemple, sur un simulateur de DPE gratuit, sur des conseils de bricolage en ligne, ou toute autre source d’information discutable. Oh surprise, malgré la pose d’isolants minces et de peinture thermique, la note DPE affiche un E, un F, ou un G. On caricature un peu, mais attention aux auto-rénovations non accompagnées.

En cuisine, on peut s’amuser à tester des mélanges. Au pire, ce ne sera pas très bon. Avec le bâtiment, faire sa tambouille à la quasi-aveugle est dangereux, au-delà de la performance énergétique. Un projet de rénovation énergétique se construit en s’appuyant sur des professionnels, notamment des auditeurs. Et si l’unique objectif est d’améliorer le niveau de performance énergétique, vous pouvez aussi essayer le DPE projeté.

Mauvaise préparation du DPE

Enfin, une troisième hypothèse peut expliquer la dégradation de la note DPE après rénovation, c’est la mauvaise préparation du DPE. Même si, en tant que propriétaire, vous avez réalisé des travaux d’isolation, encore faut-il permettre au diagnostiqueur d’en tenir compte. Puisqu’il doit justifier ses données d’entrée, il lui faut les factures des travaux ou d’achat et toutes autres preuves disponibles.

C’est pour cette raison que des fédérations (SIDIANE et la FIDI) réclament la mise en place d’un indice de complétude des données. Il serait effectivement utile de savoir si le technicien a eu assez d’informations pour la réalisation du DPE, ou s’il a été contraint d’utiliser les valeurs par défaut. Cette mesure aiderait à mieux comprendre les écarts d’étiquettes pour un même bien, rénové ou non. En outre, elle pourrait pousser certains propriétaires ou syndics à s’impliquer davantage lors du DPE.

Bien entendu, ce ne sont pas les seules raisons pouvant expliquer la déception du propriétaire en découvrant son DPE après rénovation. Ainsi, les logements de petites surfaces restent fréquemment mal notés malgré une rénovation. En fait, les travaux nécessaires peuvent être techniquement impossibles à effectuer, d’où la modification prochaine du mode de calcul.

Néanmoins, il nous semble important d’attirer l’attention des propriétaires occupants et des propriétaires bailleurs sur ces paramètres. Ils jouent sur le degré de fiabilité des diagnostics de performance énergétique, indépendamment de la formation et des compétences des diagnostiqueurs.

Partager sur
Partager cet article sur

7 Commentaires

Commenter
  1. F
    Fabien 9 février 2024 - 11h37

    J ai rénové un logement (isolation des murs en Gr35 140mm, radiateurs ekec dernière génération…) avec factures et photos à l appui.
    L appart est en E (!!!!)
    cela tient tout simplement de la méthode de calcul de l énergie nécessaire pour chauffer qui est divisé par la superficie. Ici mon 44m2 est en plus plombé par le coefficient électrique de 2.3 qui entraîne des chiffres de consommation estimé complètement loufoques… Comme on divise ce chiffre exagéré de consommation par le nbr de m2, plus vous avez petit, moins bonne sera la note… En elec, ce DPE est absurde et dégoûte de faire des travaux.

    Répondre
    • L
      Laurent 9 février 2024 - 19h36

      Vous avez totalement raison.
      Vous auriez mieux fait d’installer une chaudière à gaz d’occasion pour améliorer la note. Ce truc est une escroquerie écologiste.

      Répondre
      • Cécile, le moteur de Quotidiag 10 février 2024 - 8h25

        Bon courage pour améliorer la note avec une chaudière à gaz si votre logement n’est pas isolé, si le système de production d’eau chaude sanitaire n’est pas adapté, etc. Se focaliser sur le coefficient de l’électricité, c’est à la mode, alors que c’est loin d’être le critère le plus pénalisant.

        Répondre
    • P
      Phil 9 février 2024 - 19h52

      je suis d accord avec toi j ai un dpe D sur un locatif soit disant entre 850 et 1100 euros de dépende énergétique sur 51 m carré et en réalité depense annuelle 450 euros . les DPE c est de la M ….

      Répondre
      • Cécile, le moteur de Quotidiag 10 février 2024 - 8h23

        Le DPE ne reflète pas la consommation d’énergie réelle (encore qu’il s’en approche plus souvent qu’on ne le croit) et c’est tant mieux ! Ainsi, le classement ne va pas changer selon les usages des locataires. Le DPE n’est de la M… que pour les personnes qui n’ont toujours pas compris à quoi il servait. Pour les autres, c’est un outil dont l’intérêt est évident même s’il gagnerait à être amélioré.

        Répondre
  2. J
    Jo 12 février 2024 - 11h38

    C’est un outil qui dépend bcp des diagnostiqueurs. Faites faire 3 diagnostiques par 3 différents diagnostiqueurs.. il y aura des chances d’avoir 3 lettres différentes, et encore plus de chance d’avoir 2 lettres différentes. Le logiciel Liciel que bcp de diags utilisent le permet, en cochant ou pas des petites cases ici et la…
    Et oui chauffage elec, toutes choses égales par ailleurs, plombe le résultat.

    Le dpe c’est utile, mais ça manque de précision.

    Répondre
  3. R
    Raphaël 12 février 2024 - 12h02

    Attention également à ces propriétaires réalisant les travaux de rénovation eux-mêmes en optant pour des matériaux ou produits bon marché et en négligeant une bonne mise en oeuvre en phase avec les DTU mais également avec la nouvelle RE .
    Un DPE réalisé sur un logement standard de Type 3 d’une soixantaine de m² ayant fait l’objet d’une rénovation classique avec un minimum d’isolation et un choix de chauffage de type électrique (convecteurs à inertie par exp). Ce même logement situé au rez de chaussée Nord d’un immeuble collectif des années 1950 ne pourra jamais produire un DPE supérieur à E.
    Il faut être conscient que rénover un logement ne donne pas systématiquement une note B, C ou D, arrêtons de toujours discuter des rapports qui ne vont pas dans le sens de celui qui les utilise pour son propre intérêt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

More in L'actualité

L’arrêté certification du 24 décembre 2021 est annulé

Previous article

Décès de Patrice Blanc

Next article