revenir à l'Accueil
Brèves

Immobilier et logement : bilan 2023, prévisions 2024

Partager cet article sur
Partager sur

« Le DPE devient un repère complémentaire de valeur du bien, un argument de négociation et un élément déclencheur de mise en vente de biens plus médiocres qui pourraient alimenter l’offre. » C’est l’un des constats du groupe BPCE, qui livre son analyse du marché résidentiel en 2023 et ses prévisions pour 2024.

D’abord, il n’y a pas d’effondrement des projets d’achat, stables depuis 2 ans. Les intentions de vente s’érodent, mais restent élevées. Acheteurs et vendeurs s’attendent majoritairement à une hausse des prix. Ils ont une vision moins catastrophiste que la moyenne des Français. Ensuite, le DPE « renforce le pouvoir des acheteurs ». En effet :

  • un DPE F ou G est un motif de vente pour 43 % des vendeurs,
  • le DPE est un critère important pour 78 % des acheteurs,
  • la classe F ou G est soit un instrument de négociation, soit un repoussoir,
  • la valeur verte s’amplifie dans l’individuel et s’affirme dans le collectif.

Par ailleurs, la hausse des taux affecte directement les ¾ des projets d’achat. La baisse massive des transactions révèle l’attentisme des ménages. Concernant la construction de logements, les indicateurs s’effondrent et devraient rester très bas en 2024.

Nous verrons une « politique du logement qui bascule de la construction à la rénovation ». Cependant, les objectifs de rénovation ambitieux se heurtent à un manque de motivation ou de prise de conscience des ménages. Les intentions de rénovation énergétique stagnent depuis 2 ans.

Enfin, « malgré des facteurs de soutien durable (désir d’accession à la propriété, préparation de la retraite, placement patrimonial…), les facteurs de ralentissement (taux, DPE, incertitudes géopolitiques, économiques et sociales…) exacerberont un recul de l’activité ». L’Observatoire BPCE anticipe la poursuite du recul des volumes et une baisse modérée des prix en 2024.

Source : conférence de presse BPCE L’Observatoire : Logement, 19 décembre 2023.

Partager sur
Partager cet article sur

Commentaires

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

More in Brèves

Kevin, diagnostiqueur : « Le CIL est une solution d’avenir »

Previous article

Qu’est-ce qui pourrait sauver le logement ?

Next article