revenir à l'Accueil
Partenariat Quotidiag

Comment présenter le CIL aux particuliers ?

Partager cet article sur
Partager sur

Le carnet d’information du logement (CIL) peut être perçu comme une charge administrative et financière. En effet, le CIL Monha a un coût. Or les particuliers ont déjà des frais à engager pour la vente, la rénovation énergétique ou la construction du logement. Pourtant, le CIL permet au contraire de se libérer des contraintes administratives. Si, en tant que diagnostiqueur, vous souhaitez proposer le CIL à vos clients particuliers, voici comme le présenter.

Le CIL est d’abord une obligation réglementaire

Même si beaucoup de particuliers l’ignorent encore, le CIL est obligatoire. Sa mise en œuvre est récente et méconnue, mais le carnet d’information du logement concernera de plus en plus de logements. De toute façon, il faudra le constituer, car c’est une obligation réglementaire. Certes, la loi permet au propriétaire de créer son CIL sur papier, clé USB, ou tout autre moyen de son choix. Pourquoi alors, opter pour une solution payante comme Monha ? Est-possible, pour les diagnostiqueurs, de proposer cette prestation sans essuyer un échec ?

Oui, évidemment. Heureusement, certains particuliers comprennent vite l’intérêt de ce carnet d’information numérique. D’autres seront plus hésitants, surtout dans le contexte économique actuel. Globalement, les ménages sortent d’une année difficile en termes de pouvoir d’achat, même si les prévisions sont plutôt optimistes pour 2024. Bref, dans ce cas, le diagnostiqueur doit faire preuve de pédagogie en mettant en lumière les atouts du CIL.

Quel intérêt a Monha pour les particuliers ?

Le CIL numérique Monha offre un gain de temps considérable pour les particuliers. Il facilite aussi le quotidien de tous les professionnels de l’immobilier ou du bâtiment avec lesquels ils seront amenés à interagir. Les propriétaires n’ont plus besoin d’entasser de la paperasse poussiéreuse, ni de passer des heures à chercher un document. Tout est au même endroit, dans un coffre-fort numérique sécurisé. D’un point de vue administratif, Monha s’apparente donc plutôt à une libération.

En prime, chaque document est réglementaire, conforme aux attentes des notaires, des banques, des acquéreurs, des administrateurs de bien, des syndics, des locataires, etc. Quel que soit le logement – maison individuelle, appartement en copropriété, etc. – tout devient simple et transparent. Et si le propriétaire possède un patrimoine avec plusieurs biens à usage d’habitation, ces avantages n’en sont que plus évidents.

Présenter Monha : arguments-clés

En somme, la présentation de Monha aux particuliers tient en quelques arguments-clés :

  • se libérer des soucis administratifs tout en respectant la réglementation;
  • disposer d’une solution sécurisée, RGPD friendly, conçue et gérée en France;
  • anticiper les travaux de rénovation, d’entretien et de suivi ;
  • partager rapidement les diagnostics et autres infos choisies ;
  • accélérer ainsi la réussite des projets de rénovation, d’achat, de vente, etc.

En résumé, avec le CIL Monha, les particuliers gardent la main sur les informations du bien. Ils peuvent facilement les conserver, les actualiser ou les communiquer. D’ailleurs, au-delà de l’opportunité commerciale, ce sont aussi de bonnes raisons, pour les diagnostiqueurs, de devenir ambassadeurs Monha. Ils contribuent ainsi au déploiement d’un outil innovant qui répond aux besoins des particuliers.

Partager sur
Partager cet article sur

3 Commentaires

Commenter
  1. B
    Bruno 2 février 2024 - 17h28

    Les clients ont déjà du mal à payer un DDT à un prix correct. Leur proposer un CIL dont le notaire n’a cure même si c’est obligatoire devient un challenge presque insurmontable. J’ai abandonné l’idée de le proposer. SI des confrères ont réussi je veux bien la recette.

    Répondre
    • Cécile, le moteur de Quotidiag 2 février 2024 - 17h33

      Ce partenariat Quotidiag / Monha touche à sa fin, mais le tout dernier article à ce sujet sera le témoignage d’un diagnostiqueur qui le propose. Je lui demanderai s’il a réussi et comment.

      Répondre
    • D
      Diagnostiqueur 23 février 2024 - 17h57

      Absolument d’accord avec votre remarque.
      Je constate la même chose.
      Je pense que le CIL ne fonctionnera pas dans le cadre de la transaction immobilière.
      Encore une  »usine à Gaz » pour les particuliers….
      Pour le neuf éventuellement et encore après 2 ou 3 ventes les dossiers seront perdus dans un serveur lambda.
      MONHA garantie la sauvegarde actuellement pour 10 ans.
      C’est complètement ridicule par rapport à la durée d’un bien….

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

L’ADEME dévoile l’outil statistique AUDIT énergétique

Previous article

SIDIANE s’oppose à la modification du calcul du DPE

Next article