revenir à l'Accueil
L'humeurLa tribune du râleur

L’opposition au bon sens

Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur

Il n’est pas question ici de fustiger un parti ou un autre. Il est juste question de savoir où l’Assemblée Nationale souhaite emmener notre peuple, notre pays et notre planète. En allouant 230 millions d’euros d’aides au chauffage au fioul soit près de 5 fois plus que qui était initialement prévu (50 millions), nos députés envoient un signal aberrant. Ainsi notre pays est désormais prêt à reléguer aux oubliettes nos objectifs de transition énergétique, nos besoins d’indépendance énergétique, notre environnement et l’héritage des générations futures. Sans faire de politique, sans soutenir tel ou tel bord, afin de ne heurter personne, on doit tout de même reconnaître l’aberration quand elle survient à moins de l’accepter. Qui ne dit mot consent…

Une aide bienvenue ou pas…

Oui, il risque de faire froid cet hiver. Oui, les occupants qui se chauffent au fioul ont et auront encore plus de mal à payer leurs factures pour remplir leur cuve. Mais alors pourquoi les inciter à prolonger ce mode de chauffage plutôt que les aider à en changer ?

Les diagnostiqueurs immobiliers le savent bien : Même si un logement est bien isolé, le fait que son mode de chauffage soit au fioul domestique (et parfois même au gaz) le fera chuter en étiquette environnementale donc de fait en classe de DPE (Diagnostic de Performance Energétique). Rappelons que c’est la plus mauvaise des deux classes «énergie ou climat qui fixe la classe finale du DPE.

Augmenter des aides au chauffage au fioul, c’est d’une certaine façon une manière de promouvoir voire de sponsoriser et donc d’encourager un comportement que l’on sait nocif pour notre économie, notre santé et celle de la planète. Alors donner des aides pour que des occupants maintiennent quelques années de plus un mode de chauffage extrêmement polluant, ce serait comparable à subventionner les véhicules qui ne passent plus le contrôle technique en raison de leurs émissions de gaz d’échappement. Non plus en donnant des primes à la casse mais en leur délivrant des aides pour qu’ils puissent rouler à nouveau et pourquoi pas en ZFE…

Pour encourager la dépendance

Plutôt que de soupoudrer quelques subsides aux dépendants au fioul domestique afin qu’ils continuent à se chauffer au détriment de l’environnement et de l’économie, ne vaudrait-il pas mieux les aider à décrocher ?

Surtout parce qu’un logement chauffé au fioul domestique est le plus souvent une passoire énergétique, faut-il poursuivre la distribution d’argent public pour financer sa consommation en énergie fossile plutôt que de financer l’isolation de ce logement et le changement de son mode de chauffage pour un autre moins polluant et moins coûteux ?

Nota : Malgré ce qu’en pensent certains, l’argent public n’est pas inépuisable. L’augmentation de 50 à 230 millions d’euros des aides au chauffage au fioul devra bien être prélevée sur un autre budget ; alors ne nous plaignons pas si demain les moyens des aides à la rénovation énergétique dont MaPrimeRénov’ venaient à manquer.

La fin des CEE

Alors oui, la cohérence voudrait que la hausse des subventions au chauffage au fioul exonère de paiement d’amende aux CEE (Contrat d’Economies d’Energie) puisque ce fioul provient des distributeurs de ce carburant. Si l’on sponsorise l’utilisation du fioul, alors il faut préserver les pétroliers plutôt que les fustiger non ?

Merci par avance à nos députés de bien vouloir expliquer à un occupant qu’en se chauffant avec une pompe à chaleur et en produisant son ECS solaire (appareils acquis à grands frais) dans son logement en classe D du DPE, il va dépenser davantage d’argent que son voisin qui se chauffe au fioul dans sa passoire énergétique parce que ce dernier reçoit des aides pour cela ?

Et si cet hiver en raison de je ne sais quel nouveau conflit la France ne pouvait même plus importer suffisamment de pétrole pour faire voler ses avions, assurer la défense nationale ou faire rouler les véhicules des pompiers, de la police et des ambulanciers (c’est arrivé, ne l’oublions pas) que feront les occupants qui se chauffent au fioul des 230 millions d’aides si le pétrole vient à manquer ?

À moins que nos députés dans leur grande sagesse aient anticipé d’ores et déjà que l’électricité allait manquer cet hiver et qu’il fallait préserver les chauffages au fioul et au gaz afin de limiter les consommations électriques dans le pays. Rappelons que c’est déjà dans le même esprit qu’a été relancée au moins une centrale électrique à charbon quand bien même c’est le processus le plus polluant pour produire de l’électricité.

Alors, à quand l’attribution de MaPrimeRénov’ pour acquérir une chaudière à charbon ?

Source Ouest-France

Partager sur
Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
.
Article rédigé par Claude, le râleur de Quotidiag
A passé 30 années dans la Marine nationale, au service de la sauvegarde de la vie humaine, la prévention des pollutions et la surveillance du trafic maritime. Récompensé par la médaille du mérite maritime. Aujourd'hui, nomade digital entre les Pyrénées et l'Andalousie.

Autres articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in L'humeur

Évolution des loyers et DPE : décret du 29 juillet 2022

Previous article

Diagnostic gaz / Norme NF P45-500 : arrêté du 25 juillet 2022

Next article