revenir à l'Accueil
Coups de cœurCultureL'humeur

Dans le Souffle de l’amiante

Partager cet article sur
Partager sur

Nous avons décidé de partager aussi, en 2024, nos coups de cœur ou nos coups de gueule culturels. On commence avec le Souffle de l’amiante : les chroniques d’une tragédie silencieuse de Maxime Demiaude. L’auteur est le Responsable Technique Amiante de la société de désamiantage Remove France. Mais son récit n’est pas un ouvrage technique réservé aux spécialistes. Au contraire, c’est un roman émouvant et accessible à tous. En effet, l’auteur réussit à inscrire de petites histoires individuelles dans la grande histoire collective d’un scandale sanitaire.

Des travailleurs de l’amiante au désamianteur

Le roman commence avec le travailleur d’une usine, condamné par les fibres d’amiante retenues dans ses poumons. Il s’achève avec le témoignage d’un désamianteur, un guerrier blanc qui bataille pour « un monde où chaque respiration ne sera plus une danse avec le danger, mais un souffle de liberté et de vie ». De la première à la dernière page, on croise toute une galerie de personnages, tous très humains.

Il y a le scientifique, l’avocat, l’ouvrière à l’usine de la mort, le lanceur d’alerte, le journaliste, la résistante… Mais aussi l’homme d’affaires qui a fondé son empire sur l’amiante et l’entité qui défend les industriels dans l’ombre. Enfin, il y a la ville industrielle toxique, personnage à part entière. Là, certains meurent discrètement, d’autres essaient de faire éclater la vérité, tandis que les puissants complotent, mentent et assassinent. Pendant ce temps, l’État reste un témoin silencieux.

Scandale de l’amiante : fiction et réalité

Maxime Demiaude précise bien que ce roman est une fiction. Néanmoins, il débute au moment de la prise de conscience du problème sanitaire de l’exposition à l’amiante. Il se termine avec la réaction des pouvoirs publics. Ce délai correspond très exactement à ce que les médias français ont appelé « scandale de l’amiante ». De plus, pour toute personne suffisamment informée, le Comité de gestion de l’amiante (CGA) du livre évoque forcément le Comité permanent amiante (CPA).

Cependant, ce n’est pas une l’histoire de l’amiante en France. L’objectif manifeste n’est pas non plus d’attaquer directement le lobbying des industries de l’amiante. Ces éléments incitent surtout à rester vigilants pour ne plus vivre une telle tragédie. En réalité, l’ouvrage témoigne d’abord et avant tout de l’importance des petites actions, de l’engagement individuel et de la solidarité, malgré la peur et les dilemmes. Chaque lutte individuelle a des répercussions sur les proches, les générations futures et l’humanité commune. En ce sens, ce roman dramatique est également porteur d’espoir.

Vous pouvez commander Le souffle de l’amiante sur la Fnac ou sur Amazon, en format broché ou ebook (livre électronique).

Partager sur
Partager cet article sur

1 Commentaire

Commenter
  1. L
    Laurent 6 janvier 2024 - 9h45

    J’avoue que de chercher de l’amiante dans une maison ou encore du plomb alors que dans le même temps l’empoisonnement arrive chaque jour par l’eau du robinet me laisse de plus en plus perplexe. Une fois de plus tout le monde le sait mais la lenteur administrative, le forcing des utilisateurs de pesticides et autres PFOAS font que nous aurons encore un temps de retard. D’autant plus que c’est encore un poison invisible qui cette fois répand son mal à travers la planète entière jusque dans la pluie et jusqu’au fin fond des océans. En tout cas merci pour cette idée de lecture. Je ne parle même pas des merdes qui nous arrivent par containers et qui contiennent amiante (?) et métaux lourds…. Bref c’est une histoire sans fin. Bonne Année

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

Dissiper les mystères de l’état parasitaire

Previous article

Étude : amiante et toxicité des nanomatériaux fibreux

Next article