revenir à l'Accueil
L'actualitéRénovation énergétiqueTransactions

ONRE : 7,2 millions de passoires thermiques avec le nouveau DPE

Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur

Les nouveaux chiffres de l’ONRE étaient très attendus. Le nouveau calcul DPE augmente-t-il réellement le nombre de passoires thermiques ? Combien y aura-t-il de logements concernés par l’interdiction de louer ou par l’audit énergétique réglementaire ? Nous disposons désormais des premières estimations. Elles seront affinées en 2023.

Méthode d’estimation exploitant les données des DPE

L’Observatoire national de la rénovation énergétique a utilisé les 310 000 observations des DPE collectées par l’Ademe, de décembre 2021 à mars 2022. Les DPE ont été appariés avec les données fiscales afin d’identifier le type de résidence et le statut d’occupation du logement. L’ONRE a ensuite croisé plusieurs variables (maison individuelle ou appartement, système de chauffage, etc.). Le modèle a alors été appliqué aux 36,5 millions de logements de France métropolitaine.

Les DPE pris en compte sont donc ceux réalisés avec la méthode de calcul 3CL modifiée en juillet et en octobre 2021. Le répertoire de logements « Fidéli » de l’Insee a également été consulté pour limiter le biais. Sinon, la construction neuve, non représentative du parc global, aurait été surreprésentée. Le document de travail n°60 sur le parc de logements par classe de performance énergétique fournit ainsi une estimation de l’état du parc en 2022.

proportion de passoires thermiques dans le parc de logements

Premier constat, il y aurait 17% de passoires thermiques parmi les résidences principales, comme dans le document de travail n°49 publié en 2018. Mais ce pourcentage augmente quand on inclut les résidences secondaires et les logements vacants. En réalité, au total, il semble y avoir 7,2 millions de passoires thermiques :

  • 5,2 millions de résidences principales
  • 1,2 millions de résidences secondaires
  • 0,8 million de logements vacants

L’an dernier, plusieurs fédérations prévenaient qu’avec le nouveau DPE, nous découvririons « 7 à 8 millions » de logements très énergivores (communiqué de presse du 17 septembre 2021 signé FNAIM, UNPI et PLURIENCE).

DPE des résidences principales et loi Climat Résilience

Quelques chiffres au sujet des résidences principales en France métropolitaine :

  • 5% du parc classé A et B
  • 24% du parc pour les étiquettes C
  • 32% du parc classé D
  • 22% du parc pour les étiquettes E
  • 17% du parc constitué d’étiquettes F et G

À propos de la future interdiction de location, il y aurait 140 000 logements très énergivores dans le parc locatif privé, 50 000 dans le parc locatif social.

Comme auparavant, les maisons individuelles sont globalement plus énergivores que les appartements. À l’avenir, il devrait donc y avoir de nombreux audits énergétiques réglementaires à réaliser.

L’estimation de l’ONRE sera actualisée en 2023 « lorsque le nouveau DPE aura été plus largement expérimenté », notamment avec la généralisation du DPE collectif.

Partager sur
Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

2 Commentaires

  1. Très intéressant
    D ailleurs l obligation d audit semble repoussée à janvier 23

    1. En effet, mais tant que le décret n’est pas publié, cela reste une rumeur. Nous informerons nos lecteurs et nos lectrices du report de l’audit dès que la nouvelle aura été officialisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in L'actualité

ERP / catastrophe naturelle : arrêté du 11 juillet 2022

Previous article

ERP / catastrophe naturelle : arrêté du 12 juillet 2022

Next article