revenir à l'Accueil
Coups de gueuleL'humeur

DPE, l’arbre qui cache la forêt des diagnostics sécuritaires

Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur

Encore une fois, le DPE sème la zizanie chez les particuliers et les professionnels. Après les critiques sur la fiabilité de la méthode de calcul, c’est le nombre de passoires thermiques réelles qui suscite la panique. En attendant, les autres diagnostics immobiliers sont éclipsés.

Nous ne revenons pas ici sur l’intérêt du DPE. Nous constatons simplement que depuis plusieurs années, ce bilan énergétique défraie la chronique, et occulte les autres diagnostics qui touchent à la sécurité des occupants.

DPE, le plus célèbre des diagnostics

D’après le dernier baromètre IMOP / Harris Interactive sur les Français et l’immobilier, 82% de la population française connait le DPE. Comment pourrait-il en être autrement ? De Que Choisir aux bancs de l’Assemblée nationale, il est encore et toujours au cœur des débats.

Ce marronnier est agité depuis son lancement, bien avant la version 2021 / 2022. Une petite recherche Google Trends suffit pour montrer l’invisibilité des autres diagnostics immobiliers obligatoires sur les 5 dernières années. La notoriété du DPE n’arrange rien à l’affaire.

La performance énergétique, une histoire d’argent ?

Loin de nous l’idée de nier l’importance de la performance énergétique dans un contexte de crise climatique. Mais le DPE, fameux levier de la rénovation énergétique, est plus souvent associé à des enjeux financiers :

  • L’argent public pour rénover ces nombreuses passoires thermiques
  • Le coût des factures d’énergie
  • Le prix de vente du bien
  • Les coûts sociaux et sanitaires de la précarité énergétique
  • La richesse du « diagnostiqueur DPE » millionnaire
Et la sécurité dans tout ça ?

Ok, un bon DPE apporte du confort et des économies. Trop accessoirement, c’est un moyen d’aider la planète. Il n’en est pas moins dommage de concentrer autant d’énergie (sans mauvais jeu de mot) au DPE, quand tant d’autres diagnostics techniques sont essentiels.

Les locataires ne bénéficient toujours pas d’une information claire sur la présence d’amiante dans leur logement. L’absence de diagnostic amiante obligatoire en location (le DAPP est réalisé hors transaction immobilière) n’est-elle pas aussi scandaleuse que le nombre de biens classés F ou G ? Ne pourrait-on pas travailler davantage à l’amélioration de la sécurité de l’habitat ?

Et pourquoi n’insiste-t-on jamais sur le rôle du diagnostiqueur dans la lutte contre le saturnisme ou la prévention des accidents domestiques ? Ceci est donc notre petit plaidoyer pour une meilleure connaissance des diagnostics sécuritaires, effacés par le DPE. Faire comprendre leur importance au grand public, c’est également redorer l’image des professionnels. Ils sont les garants de la sûreté de nos foyers bien au-delà du DPE.

Partager sur
Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
.
Article rédigé par Jérôme, l'ambassadeur de Quotidiag
Ancien délégué syndical, dirigeant et fondateur des sociétés Arobiz et Sogexpert. Baigne depuis plus de 15 ans dans l’univers du diagnostic immobilier.

Autres articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plan pluriannuel de travaux : décret du 25 avril 2022

Previous article

Être indemnisé sans prouver l’anxiété liée à l’amiante

Next article