revenir à l'Accueil
Coups de gueuleL'humeur

Don et vente d’amiante sur Leboncoin, à quand la fin ?

Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur

Le trafic d’amiante sur Leboncoin est loin d’être un phénomène récent, mais ces pratiques dangereuses perdurent en toute impunité. Malgré des enquêtes médiatisées et quelques condamnations, l’amiante se donne et se vend librement.

Don ou vente d’amiante sur Leboncoin

Une simple recherche « amiante » ou « fibrociment » suffit pour trouver des résultats suspects. Rendez-vous dans la catégorie « Matériel d’occasion, BTP, chantier ». Entre des Big Bag amiante et un équipement de protection, vous retrouverez nombre de matériaux et produits à risque. Un utilisateur offre ainsi généreusement « 90 cm carré de tôle fibro amiante ». D’accord, si la tôle est en bon état, il n’y a pas nécessairement de danger, mais… D’autres vendent ces produits, en toute illégalité et sans se cacher.

Évacue matériaux et produits contenant de l’amiante

En novembre 2018, Déchets Infos (n°149) révélait l’existence de trafics de déchets amiantés. Des pseudo-entreprises proposaient de les évacuer et les disséminaient ensuite dans des décharges sauvages. En cas de réclamation d’un bordereau de suivi des déchets, le faux entrepreneur menaçait de doubler son tarif. Nous pourrions aussi citer l’enquête de France.tv Slash de mars 2021. Etc.

Le procès de la « mafia des déchets »

La “mafia des déchets” livrait de la terre végétale à des particuliers sur Leboncoin et sur Facebook. Du plastique, du mercure, de l’arsenic, du plomb et de l’amiante étaient ensuite déversés sur leurs terrains. À un propriétaire qui protestait, l’un d’eux avait répondu « Dans le BTP, nous réglons les problèmes à coup de fusil » (sic). Les 11 prévenus avaient été condamnés en 2021. Manifestement, ce procès n’a pas servi d’exemple.

Quand va-t-on mettre fin à ces pratiques ?

Leboncoin se défend de toute responsabilité en s’abritant derrière son statut d’hébergeur. Les annonceurs sont les seuls coupables et débrouillez-vous avec les risques sanitaires et environnementaux ! Est-il donc impossible de les arrêter quand n’importe quel quidam peut repérer ces petites annonces illégales depuis son canapé ? À de multiples reprises, l’association de défense des victimes de l’amiante (Adeva) les a fait retirer. Mais est-ce son rôle de faire la police ?

Conseils aux particuliers

Particuliers, pour savoir s’il y a ou non présence d’amiante, soyez attentifs à ces éléments :

  • Date de fabrication : le danger existe si elle est antérieure à 1997
  • Mention NT (New technology) : signale l’absence d’amiante

Au moindre doute, faites réaliser un prélèvement d’échantillon par un diagnostiqueur.

Partager sur
Partager cet article sur
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Olivier Charrier : c’est le côté humain du diag qui me plaît

Previous article

Le diagnostic amiante fête ses 11 ans : 3 juin 2011… 3 juin 2022 !

Next article