revenir à l'Accueil
L'actualitéRénovation énergétique

Diagnostiqueurs et auditeurs testent le SRI

Partager cet article sur
Partager sur

Le Smart Readiness Indicator (SRI) ou indicateur de potentiel d’intelligence des bâtiments entre dans sa phase de test. Les diagnostiqueurs certifiés pour la réalisation du DPE et les auditeurs énergétiques font partie des professionnels invités à participer à l’évaluation SRI. À plus ou moins long terme, le SRI pourrait compléter le DPE et l’audit énergétique.

Qu’est-ce que le SRI ?

Le SRI n’est pas, en l’occurrence, une sensibilisation aux risques d’incendie. C’est un outil européen issu de la DPEB (Directive relative à la performance énergétique des bâtiments). Le SRI sert à mesurer le potentiel d’intelligence des bâtiments selon 3 piliers :

  • Économie d’énergie (optimisation de l’efficacité énergétique)
  • Flexibilité énergétique (capacité à interagir avec les réseaux d’énergie)
  • Adaptation aux besoins de l’occupant (confort, santé et bien-être)

9 domaines techniques sont évalués : chauffage, refroidissement, éclairage, eau chaude sanitaire, ventilation, enveloppe du bâtiment, etc. L’évaluation débouche sur un certificat SRI avec une note de 0% à 100% et une classe SRI (de A à G, comme le DPE). Depuis 2020, c’est un dispositif officiel de l’UE.

À quoi sert le SRI ?

L’objectif est d’utiliser des technologies intelligentes pour rendre les bâtiments résidentiels et non résidentiels plus sains et confortables. Les promoteurs, les propriétaires, les acteurs publics, etc. disposeraient ainsi d’un outil commun pour améliorer l’intelligence du bâtiment. Le SRI doit aussi favoriser l’innovation dans les secteurs de la construction et de la rénovation énergétique.

Le SRI est facultatif mais « pourrait prochainement devenir obligatoire » précise le ministère de la Transition écologique. En France, la phase de test, qui débute au second semestre 2022, est ouverte aux logements et aux bâtiments non résidentiels. Les méthodes d’évaluation sont évidemment différentes selon l’usage du bien immobilier.

Des diagnostiqueurs invités à évaluer le SRI

La DHUP, qui a lancé la phase de test, procède au recrutement des professionnels concernés :

  • Diagnostiqueurs immobiliers certifiés pour réaliser le DPE (avec et sans mention)
  • Professionnels habilités à réaliser l’audit énergétique tertiaire
  • Auditeurs énergétiques (maisons individuelles et logements collectifs)
  • Inspecteurs des systèmes de chauffage ou de refroidissement (CVC)

Le CEREMA est chargé de les former, de les accompagner et de répondre aux questions techniques tout au long du test.

Date limite pour participer à l’expérience SRI

Le gouvernement, toujours réactif, a annoncé le 14 septembre, que ceux qui souhaitent prendre part à l’expérimentation avaient jusqu’au 10 septembre pour candidater. Il est donc peut-être encore possible de déposer une candidature à l’adresse  même si l’échéance est théoriquement passée.

Les propriétaires ou gestionnaires de bâtiments peuvent aussi demander à faire évaluer le potentiel d’intelligence du bâtiment. Ils seront alors parmi les premiers à recevoir un certificat SRI.

Les documents pour appréhender le dispositif sont consultables sur la page Le Smart Readiness Indicator (SRI), l’indicateur de potentiel d’intelligence des bâtiments des ministères Écologie, Énergie Territoires.

Partager sur
Partager cet article sur

2 Commentaires

Commenter
  1. S
    Sebastien T. 22 septembre 2022 - 12h28

    Appel à candidatures prolongé jusqu’au 1er novembre 2022

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

More in L'actualité

Comment devenir Accompagnateur Rénov’ ?

Previous article

Faut-il (re)faire la formation audit énergétique ?

Next article