revenir à l'Accueil
InterviewsLe quotidien

Comment devenir Accompagnateur Rénov’ ?

Partager cet article sur
Partager sur

Vincent ZIPPELLI, responsable du bureau d’études AEDIFICE, est opérateur agréé Anah dans le département du 69, et peut donc assumer le rôle de Mon Accompagnateur Rénov’ sur ce département. Il a commencé en sa qualité d’opérateur en infiltrométrie Qualibat, et été le dirigeant d’un bureau de contrôle accrédité COFRAC pour les inspections CEE.

Désormais, il se concentre surtout sur l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) en rénovation énergétique, l’audit RGE et bientôt sur la fonction d’Accompagnateur Rénov’. Nous lui avons demandé si les diagnostiqueurs seraient éligibles au dispositif qui s’ouvrira, dès 2023, aux bureaux d’études privés présentant l’expertise et les qualifications nécessaires.

Est-ce qu’il peut y avoir des diagnostiqueurs Accompagnateurs Rénov’ ?

Pour le moment, si on se base sur le décret du 22 juillet 2022, les diagnostiqueurs ne sont pas listés parmi les professionnels éligibles pour déposer une demande. Le décret sera peut-être modifié plus tard pour leur donner la possibilité de faire une demande d’agrément recevable en fonction de leur parcours professionnel.

on peut se demander si les fédérations de diagnostiqueurs vont monter au créneau pour qu’ils puissent avoir la possibilité de faire une demande d’agrément comme pour les architectes

Je ne suis pas en mesure de le dire.

Combien y aura-t-il d’Accompagnateurs Rénov’ en France ?

C’est difficile à dire.

Pour pouvoir déposer une demande d’agrément, il faudra avoir une expérience et des certifications en adéquation avec la mission d’Accompagnateur Rénov’.

Une fois la demande déposée, l’ANAH l’étudiera.

Le nombre d’Accompagnateurs Rénov’ dépendra également du besoin qui sera lié au nombre de chantiers de rénovation globale.

Existe-t-il des formations Accompagnateur Rénov’ ?

J’ai vu passer des formations sur internet mais sans vraiment me pencher sur la question. À ma connaissance, il n’y a pas encore de formation officielle. A priori, le professionnel devra avoir une expérience et des références dans ce domaine.

Il devra être notamment auditeur énergétique avec une expérience significative dans le domaine ou être architecte…

Maintenant, est-ce que quelqu’un qui n’est pas du métier et qui passe une formation pourra avoir l’agrément ? Je ne pense pas, mais seule l’ANAH décidera qui sera éligible ou non en fonction des arrêtés parus.

Les diagnostiqueurs seraient-ils légitimes dans ce domaine ?

D’après moi, en l’état actuel des textes parus, le diagnostiqueur devra devenir RGE Audit Energétique et présenter une expérience en adéquation avec la mission d’Accompagnateur Rénov.’

Pour accéder à la qualification d’auditeur énergétique RGE, le diagnostiqueur devra remplir les conditions d’accès à cette certification (diplômes, expériences…)

Les diagnostiqueurs ont généralement suivi des formations de quelques mois…

Quand j’ai passé ma certification DPE pour pouvoir réaliser des attestations de conformité à la règlementation thermique, j’ai vu des personnes qui n’étaient pas du tout du métier. Dans ce cas, je pense qu’il sera compliqué de devenir Accompagnateur Rénov.

En revanche, j’ai également remarqué des profils de diagnostiqueurs qui sont, par exemple, d’anciens maîtres d’œuvre qui ont une expérience en assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO). En fonction de leur expérience et de leurs diplômes, il se peut qu’ils soient éligibles à passer une certification RGE Audit Energétique.

La prestation d’Accompagnateur Rénov’ semble tellement connexe au DPE et à l’audit énergétique…

Attention car l’audit énergétique réglementaire sera effectué au moment de la vente d’une passoire thermique. Cet audit règlementaire n’est pas le même qu’un audit énergétique RGE qui servira à évaluer des subventions.

Le particulier va récupérer son audit énergétique obligatoire et se dire : « super, je vais faire une rénovation globale ». Là il s’entendra dire « non, il faut refaire un audit car ce n’est pas le même ». Pour réaliser l’audit RGE, il faut avoir la qualification RGE Études, donc être qualifié Qualibat ou OPQIBI pour les maisons individuelles et/ou pour le secteur tertiaire.

Est-ce qu’il va y avoir un gros besoin d’accompagnateurs à la rénovation ?

Dès janvier 2023, ce sera obligatoire pour tout ce qui est rénovation globale (un geste d’isolation et un geste de chauffage avec des objectifs précis d’économie). Ensuite, en septembre 2023, le dispositif va être étendu à davantage de travaux et de propriétaires. Pour l’instant, une rénovation globale, c’est compliqué. Je pense que les entreprises préfèrent cumuler des gestes simples.

Mais le législateur pourrait diminuer les aides sur les gestes simples et obliger les entreprises à passer par la rénovation globale quand cela sera pertinent. Tant que les rénovations globales ne sont pas obligatoires quand elles seront possibles, je pense que les entreprises préfèreront cumuler les gestes simples.

Quand est-ce que la rénovation globale va réellement démarrer et à quelle échéance ? Ce sera peut-être dans 6 mois, 1 an, 2 ans, 3 ans. En tout cas, à ce moment-là, il y aura un gros besoin d’Accompagnateurs Rénov’.

Partager sur
Partager cet article sur

2 Commentaires

Commenter
  1. K
    Kolli 29 septembre 2022 - 19h38

    Ne faudrait il pas changer le nom d’au moins un des audits , afin d’éviter les erreurs et les arnaques éventuelles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

.
Article rédigé par Cécile, le moteur de Quotidiag
Diplômée de philosophie, ex-bibliothécaire, prête-plume et rédactrice web, salariée et indépendante. Écrit quotidiennement des textes sur les diagnostics immobiliers depuis 2016.

Autres articles

More in Interviews

Les cancers des ovaires et du larynx sont bien liés à l’amiante

Previous article

Diagnostiqueurs et auditeurs testent le SRI

Next article